Présentation par Malika Verlaguet

Hester Van Wijngaarden se présente elle-même non pas comme peintre, ni comme artiste, mais comme une femme qui peint, expression reflétant deux dimensions de vie qui la nourrissent.

Après deux ans d'Histoire de l'Art à Leiden (Hollande), Hester est acceptée à l'Académie des Beaux-Arts à Utrecht en 1982.

Mais la vie l'amène à s'installer en France peu de temps après dans le Gers, et c'est dans ce nouveau foyer qu'elle se met en route vers ce qu'est sa peinture aujourd'hui. Elle va s'orienter vers une peinture figurative et dès sa première exposition à Auch à l'âge de 25 ans, elle commence à vendre ses œuvres. Hester Van Wijngaarden peint des portraits, des paysages, quelques animaux. Mais c'est en ce lieu, le Gers, impressionnée par la vision de scènes de tauromachie, que le taureau s'impose à elle en tant que sujet.

Il lui permet de trouver les coups de pinceau correspondant à une force vitale qui réside en elle et cherche à s'exprimer. Répondant à cette démarche purement instinctive, sa peinture grandit. Littéralement, le format devient grand. Son travail s'affirme: plus technique, sa peinture se dégage du flou, le geste devient plus confiant et les traits plus définis. La bête est là, immense et présente.

Ce qui caractérise également sa peinture, c'est une palette de couleur très sobre. Elle joue avec le noir, le blanc, le gris... quelques couleurs de terre, ocres... des ombres. Malgré la force des sujets, la touche, intuitive, reste fine et très maîtrisée.

Maintenant, Hester privilégie encore les sujets qui viennent à elle. Le taureau est toujours là, il a été rejoint par l'éléphant et le cheval.

Elle comprendra plus tard que ces animaux correspondent à des archétypes, mais elle vit sa peinture sans l'intellectualiser. Pour elle, ils restent les supports qui lui permettent d'entrer dans une force primitive. Figures ancestrales, ils sont présents dans nos inconscients et incarnent à leur manière force, puissance, vigueur, équilibre, sensualité. Et dans œil du peintre comme du spectateur, leurs courbes et reliefs sont remarquables de par leur façon d'accrocher la lumière.

Le Taureau... force de feu en mouvement, à qui répondent le Cheval, puissante fluidité, et l'Eléphant, son poids, son équilibre, son lien aux éléments terre et eau.

Loin de la répétition, les sujets sont fidèles, si bien que le voyage se fait à chaque fois plus en profondeur.

   

La peinture d'Hester Van Wijngaarden est une matière vivante, elle met en musique des forces telluriques et concrétise une matière originelle. A travers elle, Hester cherche à être la plus proche possible de sa propre nature, et par là même de la Nature. Il s'agit là d'une recherche consciente face à laquelle peu de personnes restent indifférentes.

Le rapport à la musique semble primordial pour l'artiste, par les rythmes, le jeu et les silences, le va et vient devant le tableau, l'observation, l'arrêt, la reprise instinctive du travail. Le respect du silence et du vide... c'est en effet avec une grande délicatesse que le pinceau d'Hester Van Wijngaarden vient teinter la toile pour la première fois. Pour elle, peindre n'est pas régurgiter ni exorciser quoi que ce soit. Elle refuse cela car « la peinture n'est pas un déchet, mais une façon de faire circuler l'énergie.»

Le cadrage constitue également un élément clé dans la force de sa peinture. Il ne s'agit pas de portraits de bêtes, non... mais de fragments de portraits. D'immenses fragments. Qui tranchent une réalité. Le véritable départ se situe dans la composition, le cadrage qui va dégager l'expression la plus forte, afin d'aller au plus simple. Et puis, souvent, les premières caresses du pinceau sont pour l'œil, le regard de l'animal.
Toute l'énergie ne sort pas au début... l'exploration du vide se fait avec prudence, et respect du support…« si tu jettes tout d'un coup, tu n'as pas écouté le fond, le vide, le blanc.»

Cependant, un des aspects le plus important reste le mouvement. La peinture tend à trouver un équilibre ombre/lumière mais cet état ne se fige jamais... le mouvement entraîne une histoire, une histoire qui vient tromper la réalité...

« La peinture affine un regard sur le monde qui perce plus facilement, aiguise la sensibilité. Le regard avec la peinture est un regard intérieur, sur le monde et sur la peinture elle-même. C'est une façon de se ralentir, d'étirer le temps qui devient très élastique, une façon de retrouver une lenteur et de bouger sur un autre plan. Plutôt que de courir dans la vie, on peut se centrer sur elle, jouer avec elle... Peindre est un parcours méditatif.»

Une leçon de vie ? Non, simplement une spontanéité mature qui nous fait comprendre comment de fines touches sont capables d'engendrer de grandes forces...

Un travail fort, qui reste malgré tout dans une nuance subtile.

Copyright (C) Hester van Wijngaarden - Tous droits réservés